L’UNRWA

The United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees, couramment appelé UNRWA, se traduit par l’Office de secours et des travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient. L’UNRWA est une organisation de l’ONU qui s’engage pour la résolution de problèmes liés à l’éducation, la santé, l’aide humanitaire et les services sociaux dans différents pays qui accueillent les réfugiés palestiniens. Avec cet organisme particulier de l’ONU, les réfugiés palestiniens sont les seuls réfugiés qui ne dépendent pas du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR). L’UNRWA est de loin la plus grande agence de l’ONU, avec un personnel d’environ 27’000 personnes, dont 99% recrutés localement en tant qu’enseignants, médecins ou travailleurs sociaux.

 

L’UNRWA a été créée en 1949, suite au début du conflit israélo-arabe. Son mandat devait être temporaire, mais depuis, il a été renouvelé tous les trois ans par l’Assemblée Générale. L’organe subsidiaire de l’ONU est chargé d’apporter de l’aide aux réfugiés arabes qui fuient la Palestine, mais également de soulager les tensions et de contribuer à la stabilité régionale. Son financement est principalement volontaire, avec 95% des revenus provenant des gouvernements. Son aide est apportée en Jordanie, au Liban, en Syrie et aux territoires restants de la Palestine, dont la bande de Gaza.

 

L’UNRWA a deux programmes d’assistance. Le premier concerne les secours, le rationnement de nourriture, le logement, les soins médicaux, l’alimentation d’appoint, l’assainissement du milieu, les services sociaux et les dons accordés. Le second s’occupe de l’enseignement. L’éducation est un moyen utilisé par l’ONU afin de rétablir l’ordre dans une région en crise. L’UNRWA s’occupe de 58 camps de réfugiés au Moyen-Orient dont dix-neuf en Cisjordanie, douze au Liban, neuf en Syrie, dix en Jordanie et huit dans la bande de Gaza.

 

Un des facteurs les plus problématiques de l’organisation est son financement et la gestion des fonds, souvent accusée de faire l’objet de détournements. Il y a un grand manque d’espace dans les camps et écoles, avec par exemple des classes de 50 élèves en moyenne dans la bande de Gaza. Ceci affecte la qualité des services fournit par l’UNRWA. L’organisation est également accusée de perpétuer le statut de réfugié des palestiniens et de pas les intégrer dans les pays arabes d’accueil.

Malgré le manque de personnel, de place, de matériel, de liberté et de paix, le programme entreprit par l’UNRWA a mis en place un véritable système scolaire pour les jeunes palestiniens. L’éducation un élément essentiel pour donner une perspective d’avenir à la jeunesse palestinienne et de promouvoir le Peace-Making de l’ONU. L’éducation ainsi que l’aide humanitaire aident la population palestinienne à retrouver une certaine liberté et autonomie face à l’Israël.

 

En conclusion, l’UNRWA, a permis de garantir une sécurité pour les réfugiés palestiniens sur le long terme. Elle a réduit le taux de chômage dans la bande de Gaza en employant les réfugiés palestiniens au sein de son organisation. Grâce au programme d’éducation, les réfugiés ont bénéficié d’une éducation en continu malgré le conflit et leur a permis de mieux s’intégrer dans les pays d’accueil et de trouver du travail. L’aide que fournit l’UNRWA a un impact sur la population réfugiée en apportant une aide ciblée par l’alimentation, l’éducation, l’hébergement et la santé. Certes, le travail de l’UNRWA allège le sort des palestiniens au quotidien, mais il ne permet malheureusement pas de régler le conflit directement entre les palestiniens et les israéliens. Entre-temps, son mandat a à nouveau été prolongé. 170 états ont voté en faveur de la résolution adoptée par l’Assemblée Générale. Seuls l’Israël et les États-Unis ont voté contre. Pour les palestiniens cette résolution est la preuve que le monde entier soutient ce peuple, ces droits et sa cause historique.

 

Fleur Mast