AGENDAANALYSEDÉBATS DU CERMAM

Élections iraniennes : enjeux et conséquences

Après plus de sept ans au pouvoir, le président iranien Hassan Rohani va laisser la place à Ebrahim Raïssi nouvellement élu lors des élections présidentielles iraniennes du 18 juin 2021[1].

Une situation économique difficile

Élu en 2013, le président sortant Hassan Rohani avait particulièrement travaillé à l’établissement de l’accord sur le nucléaire de 2015. Le rebond de l’économie lui avait alors permis de se faire réélire au premier tour[2]. L’accord de 2015 comprenait l’allègement des sanctions internationales en échange de l’engagement de l’Iran à ne pas obtenir l’arme atomique et en réduisant son programme nucléaire civil sous le contrôle de l’ONU[3]. Mais en 2018, Donald Trump alors président des États-Unis décide de sortir unilatéralement de l’accord de Vienne et rétablit les sanctions américaines, plongeant ainsi l’Iran dans la récession, accentuée par l’épidémie de Covid-19[4]. Ainsi, l’Iran subit une inflation à 41% et un chômage à 11%, probablement sous-estimé[5]. Cette décision américaine a décrédibilisé la politique de Rohani qui a subit les critiques des ultra-conservateurs et dont le second mandat a été marqué par deux mouvements de manifestations en 2017 et 2019[6].

Une élection marquée par une forte abstention

Vendredi 18 juin 2021, le chef de l’Autorité judiciaire Ebrahim Raïssi a été élu à la présidence de l’Iran avec près de 62% des voix[7]. Cette élection a été marquée par un fort taux d’abstention de 48,8%, soit le plus haut taux d’abstention depuis la révolution iranienne[8]. En effet, les élections présidentielles iraniennes sont traditionnellement marquées par des taux élevés de participation, la dernière élection de 2017 avait ainsi mobilisé 70% des votants[9]. Considéré comme le candidat favori, Ebrahim Raïssi faisait face à trois candidats conservateurs, dont Mohsen Rezaï et Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi ainsi qu’au technocrate Abdolnasser Hemmati en raison de la disqualification de plusieurs autres candidats par le Conseil des gardiens de la Constitution[10]. Chargé du contrôle de l’élection, ce conseil a notamment rejeté la candidature de l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad, le premier vice-président Eshaq Jahanguiri et l’ancien président du Parlement Ali Larijani[11]. En outre, des groupes d’oppositions avaient appelé depuis l’étranger au boycott de l’élection en raison de la disqualification des autres candidats. Mariam Radjavi, dirigeante du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a notamment déclaré que « le boycottage a prouvé et montré au monde que la seule volonté du peuple iranien était de renverser ce régime médiéval »[12]. Réza Pahlavi, fils du dernier chah d’Iran, a quant à lui déclaré que les iraniens avaient fait preuve « d’unité et de solidarité » en « boycottant et en disant non au régime autoritaire en Iran »[13]. Le manque de participation à l’élection avait inquiété plusieurs responsables iraniens dont le président Hassan Rohani, tandis que l’ayatollah Khameini avait multiplié les appels à faire échec à la campagne de boycott. Malgré un fort taux d’abstention, il a estimé que la nation iranienne sortait vainqueur, « car elle s’est levée une fois de plus contre la propagande des médias mercenaires de l’ennemi »[14]. Le président nouvellement élu Raïssi a quant à lui salué la « présence massive et significative » de la population iranienne dans les bureaux de vote[15].

Un proche de l’ayatollah Khamenei

Hodjatoleslam, titre inférieur à celui d’ayatollah dans la hiérarchie religieuse chiite, Ebrahim Raïssi est considéré comme un proche de l’ayatollah Khamenei, et est pressenti comme l’un de ses successeurs. Il a connu une évolution rapide au sein de l’appareil judiciaire iranien, devenant le plus jeune membre du tribunal révolutionnaire de Téhéran, surnommé « commission de la mort » par l’opposition[16]. Cette commission avait ordonné en 1988 l’exécution de 2000 à 4000 prisonniers politiques qui pour beaucoup étaient communistes ou membres de l’Organisation des moudjahidine du peuple iranien (OMPI)[17]. Interrogé en 2018 et 2020 sur cette affaire, Ebrahim Raïssi avait nié avoir une quelconque responsabilité tout en en rendant hommage à « l’ordre donné selon lui par l’ayatollah Khomeiny » d’effectuer cette épuration[18]. Il figure ainsi sur la liste noire des États-Unis en raison de « complicité de graves violations des droits humains ». Enfin, il a été nommé en 2016 à la tête de la puissante fondation Astan-é Qods Razavi par l’ayatollah Khamenei lui-même, puis chef de l’Autorité judiciaire en 2019[19].

Une élection porteuse de changements ?

L’élection d’un conservateur à la présidence iranienne pourrait influer sur la politique étrangère iranienne. En effet, les conservateurs seront probablement moins prêts à effectuer des compromis, ce qui pourrait conduire à des discussions plus directes entre les États-Unis et l’Iran[20]. Peu après son élection, lors d’une conférence de presse, le président nouvellement élu a affirmé qu’il ne voulait pas de négociations avec les américains « pour le plaisir de négocier » et que « toute rencontre doit produire des résultats (…) pour la nation iranienne », refusant ainsi une rencontre avec le président Biden[21]. Se faisant, il suit la ligne fixée par l’ayatollah Khamenei qui ne veut pas que les négociations « trainent en longueur » car cela serait « nuisible » pour le pays[22]. De ce fait, l’élection d’Ebrahim Raïssi ne devrait pas changer fondamentalement la donne, car c’est essentiellement l’ayatollah Khamenei qui décidera de l’acceptation ou non de l’accord, analyse que semble partager le conseiller américain Jake Sullivan qui a affirmé que « la décision finale quant à un retour dans l’accord dépend du guide suprême »[23]. Ebrahim Raïssi a en revanche souligné qu’il n’y avait pas « d’obstacles » à la reprise de relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite[24]. Enfin, il devrait essayer de rétablir l’équilibre avec les israéliens et les américains en termes de dissuasion, suite à l’assassinat de Qasem Soleimani en Irak et les deux opérations de sabotages israéliennes contre des installations nucléaires en Iran[25]. Sur le plan intérieur, il hérite d’une grave crise économique et sociale et devra ainsi prendre des mesures économiques fortes afin d’établir un consensus national.

Des réactions internationales contrastées

L’élection de Ebrahim Raïssi à la présidence de l’Iran a été saluée par les alliés traditionnels du pays comme le président russe Vladimir Poutine et le président syrien Bachar al-Assad, ainsi que par le Hamas[26]. Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a de son côté invité le futur président à continuer l’appui à la résistance « contre les agresseurs israélien et occidentaux »[27]. L’élection a été également saluée par les Émirats Arabes Unis et le Qatar. En revanche, elle a suscité l’inquiétude des pays occidentaux. En effet, le France a annoncé lundi 21 juin prendre acte de l’élection de Ebrahim Raïssi tout en rappelant sa préoccupation concernant la situation des droits de l’Homme en Iran, alors que deux français sont encore détenus en Iran, accusés d’espionnage[28]. « Nous réaffirmons notre volonté d’un retour à la pleine mise en œuvre de l’accord de Vienne sur le nucléaire, en vue duquel la diplomatie française est pleinement mobilisée » a-t-elle ajoutée[29].  En outre, les États-Unis ont regretté que « les iraniens (aient) été privés de leur droit à choisir leurs propres dirigeants à travers un processus électoral libre et honnête »[30]. Cette déclaration a été vivement critiqué en Iran, le porte-parole du gouvernement Ali Rabii a condamné « cette déclaration comme un exemple d’ingérence dans les affaires intérieures de l’Iran »[31]. De plus, l’ONG Amnesty International a condamné l’élection de M. Raïssi, car il devrait selon elle être jugé pour « crime contre l’humanité »[32]. Enfin, Naftali Bennett, Premier ministre israélien, a déclaré que « le choix de Raïssi est un signal pour que les puissances se réveillent, un signal de dernière minute peut-être pour leur permettre de comprendre avec qui elles font affaires et quel type de régime elles vont choisir de renforcer »[33]. « Ce qui est clair pour nous tous, c’est qu’un régime de bourreaux ne doit pas posséder d’armes de destruction massive » a-t-il ajouté[34].

Reprises des discussions concernant l’accord sur le nucléaire

Suite à l’élection de Joe Bien à la présidence des États-Unis, les discussions ont repris concernant l’accord sur le nucléaire. Le président Bident comme le président Rohani semblaient pressés de trouver un accord avant les élections iraniennes. En effet, la venue probable d’un conservateur à la tête de l’Iran ne facilite pas la marge de négociation pour les américains, et pour le président Rohani, l’objectif est de regagner de la crédibilité auprès de l’opinion publique iranienne, crédibilité qui avait été perdue suite au départ unilatéral des États-Unis de l’accord[35]. En outre, les négociations semblent être freinées par deux points : d’une part la demande iranienne de l’engagement américain de ne pas revenir sur l’accord même en cas de gouvernement ultérieur, et la volonté américaine d’associer la politique régionale iranienne à l’accord, chose impensable pour les iraniens[36]. Les discussions en cours depuis avril ont été interrompues pour a priori une dizaine de jours en raison de l’élection iranienne[37]. En outre, l’Iran a mis fin récemment à des mesures d’inspection des installations nucléaires par l’agence de l’ONU[38]. Cependant, le diplomate Enrique Mora a affirmé que « nous sommes proches d’un accord, mais nous n’y sommes pass encore » et que lors du prochain cycle de négociations « les délégations arriveront de leurs capitales avec des instructions plus claires, des idées plus claires sur la façon de parvenir finalement à un accord »[39]. Ainsi, l’élection d’Ebrahim Raïssi à la présidence de l’Iran devrait mener à un nouvel équilibre dans les relations irano-américaines.

Ainsi, le Cermam organise un webinaire afin d’analyser les enjeux et conséquences des élections iraniennes. Il se tiendra le mardi 29 juin de 13h45 à 15h.

Participants

Clément Therme, Science Po

Armin Arefi, Le Point

Marie Ladier-Fouladi, EHESS

Inscriptions : info@cermam.org

Séminaire en Ligne Mardi 29 juin │ 13h45-15h

Marie de La Roche Saint-André, Assistante de recherche


[1] Malbrunot, G. (2021, 20 juin). Repli conservateur en Iran après l’élection de Raissi. Le Figaro. https://www.lefigaro.fr/international/repli-conservateur-en-iran-apres-l-election-de-raissi-20210620 (consulté le 23/06/2021)

[2] Makooi, B. (2021, 17 juin). La « détresse économique », enjeu majeur de l’élection présidentielle en Iran. France 24. https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20210617-la-d%C3%A9tresse-%C3%A9conomique-enjeu-majeur-de-l-%C3%A9lection-pr%C3%A9sidentielle-en-iran (consulté le 23/06/2021).

[3] Ebrahim Raïssi ne veut pas « négocier pour le plaisir » sur le nucléaire. (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265832/raissi-dit-quil-nautorisera-pas-des-negociations-pour-le-plaisir-de-negocier.html (consulté le 23/06/2021).

[4] Huit ans de présidence Rohani : de l’euphorie à la déception. (2021, 16 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265359/huit-ans-de-presidence-rohani-de-leuphorie-a-la-deception.html (consulté le 23/06/2021).

[5] Makooi, B. (2021, 17 juin). La « détresse économique », enjeu majeur de l’élection présidentielle en Iran. France 24. https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20210617-la-d%C3%A9tresse-%C3%A9conomique-enjeu-majeur-de-l-%C3%A9lection-pr%C3%A9sidentielle-en-iran (consulté le 23/06/2021).

[6] Mardam Bey, S. (2021, 21 juin). En Iran, le déclin des réformistes. L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265776/en-iran-le-declin-des-reformistes.html (consulté le 23/06/2021).

[7] L’Iran élit l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi à la présidence. (2021, 18 juin). Le Monde. https://www.lemonde.fr/international/article/2021/06/18/presidentielle-en-iran-le-guide-supreme-vote-ouverture-du-scrutin_6084627_3210.html (consulté le 23/06/2021).

[8] Ibid.

[9] Abedin, M. (2021, 31 mai). L’élection présidentielle iranienne promet un changement générationnel. Middle East Eye. https://www.middleeasteye.net/fr/opinionfr/iran-election-presidentielle-ebrahim-raissi-gardiens-revolution-conservateurs (consulté le 23/06/2021).

[10]   Mardam Bey, S. (2021, 21 juin). En Iran, le déclin des réformistes. L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265776/en-iran-le-declin-des-reformistes.html (consulté le 23/06/2021).

[11] Face aux critiques, le pouvoir iranien assure que la compétition est « sérieuse ». (2021, 18 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265582/face-aux-critiques-le-pouvoir-iranien-assure-que-la-competition-est-serieuse-.html (consulté le 23/06/2021).

[12] L’opposition en exil salue le « boycottage » de la présidentielle. (2021, 19 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265710/lopposition-en-exil-salue-le-boycottage-de-la-presidentielle.html (consulté le 23/06/2021).

[13] Ibid.

[14] Raïssi vainqueur d’une présidentielle iranienne à faible participation. (2021, 19 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265690/liran-a-vote-les-resultats-attendus-samedi.html (consulté le 23/06/2021).

[15] Ebrahim Raïssi ne veut pas « négocier pour le plaisir » sur le nucléaire. (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265832/raissi-dit-quil-nautorisera-pas-des-negociations-pour-le-plaisir-de-negocier.html (consulté le 23/06/2021).

[16] Ebrahim Raïssi, le nouveau président iranien toujours aux ordres. (2021, 21 juin). Middle East Eye. https://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/iran-ebrahim-raissi-portrait-nouveau-president-khamenei-conservateur (consulté le 23/06/2021).

[17] MacDonald, A. (2021, 20 juin). Iran : les déclarations les plus controversées du nouveau président Raïssi. Middle East Eye. https://www.middleeasteye.net/fr/actu-et-enquetes/iran-ebrahim-raissi-femmes-nucleaire-economie-normalisation-israel (consulté le 23/06/2021).

[18] Trollion, C. (2021, 19 juin). Iran : Amnesty appelle à une enquête sur Raïssi pour « crimes contre l’humanité. RTL. https://www.rtl.fr/actu/international/iran-amnesty-appelle-a-une-enquete-sur-raissi-pour-crimes-contre-l-humanite-7900047198 (consulté le 23/06/2021).

[19] Ebrahim Raïssi, ultraconservateur iranien en guerre contre la corruption. (2021, 20 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265694/ebrahim-raissi-ultraconservateur-iranien-en-guerre-contre-la-corruption.html (consulté l 23/06/2021).

[20] Mardam Bey, S. (2021, 22 juin). Accord sur le nucléaire : ce que change la victoire de Raïssi. L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265925/accord-sur-le-nucleaire-ce-que-change-la-victoire-de-raissi.html (consulté le 23/06/2021).

[21] Ibid.

[22] Ebrahim Raïssi ne veut pas « négocier pour le plaisir » sur le nucléaire. (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265832/raissi-dit-quil-nautorisera-pas-des-negociations-pour-le-plaisir-de-negocier.html (consulté le 23/06/2021).

[23] Le guide suprême iranien statuera sur le nucléaire, pas le président, selon Jake Sullivan. (2021, 20 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265747/le-guide-supreme-iranien-statuera-sur-le-nucleaire-pas-le-president-selon-jake-sullivan.html (consulté le 23/06/2021).

[24] Ebrahim Raïssi ne veut pas « négocier pour le plaisir » sur le nucléaire. (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265832/raissi-dit-quil-nautorisera-pas-des-negociations-pour-le-plaisir-de-negocier.html (consulté le 23/06/2021).

[25] Abedin, M. (2021, 31 mai). L’élection présidentielle iranienne promet un changement générationnel. Middle East Eye. https://www.middleeasteye.net/fr/opinionfr/iran-election-presidentielle-ebrahim-raissi-gardiens-revolution-conservateurs (consulté le 23/06/2021).

[26] La presse conservatrice voit en Raïssi l’avènement d’une « ère nouvelle ». (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265772/la-presse-conservatrice-voit-en-raissi-lavenement-dune-ere-nouvelle-.html (consulté le 23/06/2021).

[27] Ibid.

[28] Paris rappelle à Raïssi sa « préoccupation » sur les droits de l’Homme. (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265871/paris-rappelle-a-raissi-sa-preoccupation-sur-les-droits-de-lhomme.html (consulté le 23/06/2021).

[29] Ibid.

[30] La presse conservatrice voit en Raïssi l’avènement d’une « ère nouvelle ». (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265772/la-presse-conservatrice-voit-en-raissi-lavenement-dune-ere-nouvelle-.html (consulté le 23/06/2021).

[31] L’Iran dénonce les critiques de Washington comme une « ingérence ». (2021, 22 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265966/liran-denonce-les-critiques-de-washington-comme-une-ingerence.html (consulté le 23/06/2021).

[32] Trollion, C. (2021, 19 juin). Iran : Amnesty appelle à une enquête sur Raïssi pour « crimes contre l’humanité. RTL. https://www.rtl.fr/actu/international/iran-amnesty-appelle-a-une-enquete-sur-raissi-pour-crimes-contre-l-humanite-7900047198 (consulté le 23/06/2021).

[33] La presse conservatrice voit en Raïssi l’avènement d’une « ère nouvelle ». (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265772/la-presse-conservatrice-voit-en-raissi-lavenement-dune-ere-nouvelle-.html (consulté le 23/06/2021).

[34] L’élection de Raïssi en Iran doit « réveiller » les grandes puissances, selon Israël. (2021, 20 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265728/lelection-de-raissi-en-iran-doit-servir-de-dernier-avertissement-selon-bennett.html (consulté le 23/06/2021).

[35] Mardam Bey, S. (2021, 22 juin). Accord sur le nucléaire : ce que change la victoire de Raïssi. L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265925/accord-sur-le-nucleaire-ce-que-change-la-victoire-de-raissi.html (consulté le 23/06/2021).

[36] Ibid.

[37] Les négociations de Vienne ajournées pour consultations. (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265813/les-negociations-de-vienne-ajournees-pour-consultations.html (consulté le 23/06/2021).

[38] Ibid.

[39] Les discussions « se rapprochent » d’un accord. (2021, 21 juin). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1265771/les-discussions-se-rapprochent-dun-accord.html (consulté le 23/06/2021).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page