ANALYSE

Un nouveau gouvernement pour la Libye

Après une décennie de conflit, la Libye semble prendre un nouveau départ avec la formation d’un gouvernement unifié le 5 février 2021, suite à des négociations sous l’égide de l’ONU.

Un pays longtemps divisé

La Libye fut l’un des premiers pays touchés durablement par le Printemps Arabe. En effet, les manifestations ont commencé dès le 15 janvier 2011. Malgré la répression, une forte manifestation est organisée le 15 février, donnant lieu à des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre[1]. La contestation se transforme peu à peu en insurrection. Le 19 mars 2011, les États-Unis, la France et le Royaume Uni lancent une opération, validée par l’ONU. La rébellion s’organise alors au sein du Conseil national de transition (CNT). Après la mort de Khadafi le 20 octobre 2011, le pays ne parvient pas à retrouver une stabilité. En effet, le maréchal Haftar lance en mai 2014 une opération contre des groupes djihadistes à Benghazi, soutenu par l’Égypte et les Émirats Arabes Unis. Il fonde alors « l’Armée Nationale Libyenne (ANL) ». Malgré la signature d’un accord parrainé par l’ONU au Maroc en 2015, aboutissant à la création du Gouvernement d’Union Nationale (GNA), le pays reste divisé. En effet, le chef du GNA Fayez al-Sarraj s’installe à Tripoli en 2016, mais est contesté par les forces du maréchal Haftar, ainsi que par le parlement. Après la reconquête de Benghazi, le maréchal Haftar se lance dès début 2019 à la conquête du pays. Cependant, le conflit fait face à la multiplication des interventions étrangères et à la présence massive de mercenaires étrangers, et le soutien militaire direct de la Turquie au gouvernement de Tripoli. Cependant, sous l’égide de l’ONU, est signé un accord de cessez-le-feu le 23 octobre 2020[2].

Formation d’un nouveau gouvernement

Réunis à Genève sous l’égide de l’ONU, 75 responsables libyens de tous bords ont désigné le 5 février 2021 un nouveau gouvernement et un conseil présidentiel de trois membres[3]. Ils ont ainsi élu Abdelhamid Dbeidah comme Premier ministre par intérim afin de gérer la transition jusqu’aux élections prévues le 24 décembre[4]. Début mars, le parlement libyen a voté la confiance au gouvernement nouvellement élu. Son élection a été appuyée par la remise des pouvoirs du Gouvernement d’Union Nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj le 16 mars et par le gouvernement parallèle de l’Est le 24 mars[5]. En outre, le maréchal Haftar avait promis dès le 11 février le soutien de ses forces au processus de paix dans le pays[6]. Lors de son discours de départ, Fayez al-Sarraj avait souligné « les difficultés interminables » qu’il avait dû surmonter. Son successeur, Dbeidah a salué ses efforts : « Nous sommes déterminés à poursuivre les réformes et tout ce que vous avez commencé »[7].

Une élection inattendue sur fond d’accusations de corruption

L’élection d’Abdelhamid Dbeidah a provoqué la surprise à Genève. En effet, cet ingénieur, milliardaire et notable de Misrata (Ouest) est connu pour avoir assuré des fonctions importantes sous Khadafi. Il a en outre fait l’objet avec son cousin Ali d’enquêtes pour des malversations[8]. Il est également réputé être proche des turcs[9] . L’élection d’Abdelhamid Dbeidah a cependant été entachée par des accusations de corruption[10]. En effet, selon un extrait de l’annexe 13, deux membres du Forum du dialogue politique (FDPL) ont « offert des pots-de-vin de 150.000 à 200.000 dollars à au moins trois participants en échange d’un engagement à voter pour (Abdelhamid) Dbeibah comme Premier ministre »[11] . Cependant, le Premier Ministre Abdelhamid Dbeidah s’est défendu de toute corruption, en soulignant « l’intégrité du processus à travers lequel le nouvel exécutif a été désigné en toute transparence » et « que les Libyens ont pu suivre à la télévision et dans différents médias ». Selon un communiqué, il pointe du doigt « ces tentatives visant à perturber la formation du gouvernement et à entraver (le vote) de confiance en diffusant des rumeurs et des fake news » [12].

Un avenir incertain

Des questions se posent quant à l’avenir et la stabilité de la Libye. En effet, malgré la nomination d’un nouveau Premier ministre, des tensions demeurent. Ainsi, le 24 mars 2021, le commandant Mahmoud al-Werfalli, officier de l’ANL du maréchal Haftar a été assassiné[13]. Il était notamment recherché par la CPI pour avoir abattu des prisonniers en 2017 et 2018. Deux autres libyens sont par ailleurs poursuivis par la CPI : Mohamed Khaled, ex-chef de l’Agence de sécurité intérieure libyenne, et Seif al-Islam fils de Khadafi[14]. En outre, le nouveau gouvernement a de nombreux défis à relever après une décennie de guerre qui a profondément appauvri le pays et détérioré les infrastructures, bien que le pays dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d’Afrique. Le pays est en outre la plaque tournante de l’immigration clandestine en provenance d’Afrique subsaharienne qui cherche à rejoindre l’Europe. Enfin, la présence de nombreux mercenaires de différentes nationalités ainsi que de militaires turcs, malgré la présence d’un embargo depuis 2011, reste source d’inquiétude pour la stabilité du pays. En effet, l’ONU a évalué en décembre la présence d’environ 20 000 militaires étrangers et mercenaires en Libye[15]. Mercredi 24 mars 2021, l’ONU a ainsi appelé au départ rapide des mercenaires de la Libye[16]. Elle a également envoyé une unité d’observateurs internationaux pour préparer une mission d’observation du cessez-le-feu en Libye et vérifier le départ des mercenaires et militaires étrangers[17]. L’envoyé spécial pour la Libye, Jan Kubis, a ainsi souligné que « leur retrait de Libye contribuera grandement à reconstituer l’unité et la souveraineté du pays et à panser les blessures profondes causées par de nombreuses années de conflits internes, de conflits actifs et d’ingérences étrangères »[18] .

Réactions internationales

L’appel de l’ONU au départ rapide des mercenaires de Libye a été suivi par la France, l’Italie et l’Allemagne lors d’une conférence de presse à Tripoli le 25 mars 2021. Jean-Yves Le Drian a ainsi affirmé que « Le départ de mercenaires étrangers est nécessaire pour que l’état libyen affirme sa souveraineté » [19]. Cette déclaration fait suite à l’accueil des nouveaux dirigeants libyens à l’Élysée le 23 mars où Macron avait souligné que « nous avons une dette envers la Libye, très claire : une décennie de désordre» [20]. Cette phrase sonne ainsi comme l’aveu d’une erreur que fut l’intervention de 2011 en Libye menée par l’ancien président Nicolas Sarkozy, mais également comme une manière pour Emmanuel Macron de tourner la page afin de reprendre pied en Libye. La France rouvrira ainsi son ambassade à Tripoli lundi 29 mars, qui était fermée depuis le 30 juillet 2014[21]. Le vote de confiance au parlement libyen en faveur du nouveau gouvernement avait en outre été salué par l’Égypte et la Jordanie. Le ministre des Affaires Étrangères égyptien Sameh Choukri a ainsi estimé que « tout cela va dans le sens d’une avancée vers la stabilité, la protection de la sécurité et de la souveraineté de la Libye »[22].

Marie de La Roche Saint-André, Assistante de recherche


[1] Depuis l’insurrection contre Kadhafi en 2011 jusqu’au cessez-le-feu du 23 octobre 2020. (2021, 18 février). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1252384/depuis-linsurrection-contre-kadhafi-en-2011-jusquau-cessez-le-feu-du-23-octobre-2020.html (consulté le 29/03/2021).

[2] Ibid.

[3] Le gouvernement de l’Est libyen cède le pouvoir au Premier ministre de transition. (2021, 24 mars). France 24. https://www.france24.com/fr/afrique/20210324-le-gouvernement-de-l-est-libyen-c%C3%A8de-le-pouvoir-au-premier-ministre-de-transition (consulté le 29/03/2021).

[4] Libye : le nouveau gouvernement Dbeibah investi. (2021, 15 mars). Rfi. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210315-libye-investiture-du-nouveau-gouvernement (consulté le 29/03/2021).

[5] Le gouvernement de l’Est libyen cède le pouvoir au Premier ministre de transition. (2021, 24 mars). France 24. https://www.france24.com/fr/afrique/20210324-le-gouvernement-de-l-est-libyen-c%C3%A8de-le-pouvoir-au-premier-ministre-de-transition (consulté le 29/03/2021).

[6] Haftar promet le soutien de ses forces au processus de paix. (2021, 11 février). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1251634/haftar-promet-le-soutien-de-ses-forces-au-processus-de-paix.html (consulté le 26/03/2021).

[7] Le gouvernement Sarraj remet le pouvoir aux nouvelles autorités. (2021, 16 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1255523/libye-le-gouvernement-sarraj-remet-le-pouvoir-aux-nouvelles-autorites.html (consulté le 26/03/2021).

[8] La Libye entame une nouvelle phase de transition. (2021, 6 février). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1251045/la-libye-entame-une-nouvelle-phase-de-transition.html (consulté le 26/03/2021).

[9] Le chef du gouvernement de transition libyen a prêté serment. (2021, 16 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1255437/le-chef-du-gouvernement-de-transition-libyen-a-prete-serment.html (consulté le 26/03/2021).

[10] Libye : le nouveau gouvernement Dbeibah investi. (2021, 15 mars). Rfi. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210315-libye-investiture-du-nouveau-gouvernement (consulté le 26/03/2021).

[11] Un rapport de l’ONU confirme une tentative de pots-de-vin. (2021, 16 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1255544/un-rapport-de-lonu-confirme-une-tentative-de-pots-de-vin.html (consulté le 26/03/2021).

[12] Le Premier ministre désigné défend « l’intégrité » du dialogue interlibyen. (2021, 1 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1253675/le-premier-ministre-designe-defend-lintegrite-du-dialogue-interlibyen.html (consulté le 26/03/2021).

[13] Macé, C. (2021, 25 mars). En Libye, le féroce commandant Al-Werfalli assassiné. Libération. https://www.liberation.fr/international/afrique/en-libye-le-feroce-commandant-al-werfalli-assassine-20210325_7IAKSZZOYRAQ5EZCVMPZIEVAEM/ (consulté le 26/03/2021).

[14] Libye : un lieutenant d’Haftar recherché par la CPI a été abattu à Benghazi. (2021, 25 mars). France 24. https://www.france24.com/fr/afrique/20210325-libye-un-lieutenant-d-haftar-recherch%C3%A9-par-la-cpi-a-%C3%A9t%C3%A9-abattu-%C3%A0-benghazi (consulté le 26/03/2021).

[15] Démarche commune de Berlin, Paris et Rome pour appuyer les progrès politiques. (2021, 25 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1256570/visite-conjointe-des-chefs-de-la-diplomatie-francais-allemand-et-italien-ce-jeudi.html (consulté le 26/03/2021).

[16] Libye : appel des diplomaties française, italienne et allemande à un départ des mercenaires. (2021, 26 mars). Rfi. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210326-libye-appel-des-diplomaties-fran%C3%A7aise-italienne-et-allemande-%C3%A0-un-d%C3%A9part-des-mercenaires (consulté le 26/03/2021).

[17] Arrivée de l’avant-garde d’une unité d’observateurs du cessez-le-feu. (2021, 4 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1254069/arrivee-de-lavant-garde-dune-unite-dobservateurs-du-cessez-le-feu.html (consulté le 26/03/2021).

[18] Le chef de l’ONU réclame à nouveau le départ des mercenaires et troupes étrangères. (2021, 24 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1256473/le-chef-de-lonu-reclame-a-nouveau-le-depart-des-mercenaires-et-troupes-etrangeres.html (consulté le 26/03/2021).

[19] Libye : appel des diplomaties française, italienne et allemande à un départ des mercenaires. (2021, 26 mars). Rfi. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210326-libye-appel-des-diplomaties-fran%C3%A7aise-italienne-et-allemande-%C3%A0-un-d%C3%A9part-des-mercenaires (consulté le 26/03/2021).

[20] Libye : Macron reconnaît la « dette » de la France après l’intervention occidentale de 2011. (2021, 25 mars). Rfi. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210325-libye-macron-reconna%C3%AEt-la-dette-de-la-france-apr%C3%A8s-l-intervention-occidentale-de-2011 (consulté le 26/03/2021).

[21] La France rouvrira lundi son ambassade à Tripoli. (2021, 23 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1256345/la-france-rouvrira-lundi-son-ambassade-a-tripoli.html (consulté le 26/03/2021).

[22] France, Allemagne et Egypte se réjouissent du gouvernement libyen unifié. (2021, 11 mars). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1254966/france-allemagne-et-egypte-se-rejouissent-du-gouvernement-libyen-unifie.html (consulté le 26/03/2021).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page