DÉBATS DU CERMAM

Algérie, Hirak l’an III

Vulnérabilités et opportunités de changement

Cela fait deux ans que le peuple algérien s’attache à écrire une nouvelle page de son histoire. Il n’aura fallu que quelques semaines aux manifestants qui ont spontanément commencé à envahir les rues du pays, le 22 février 2019, pour obtenir la démission du président Abdelaziz Bouteflika, alors candidat à sa propre succession. 

Mais depuis, ni l’élection de son successeur en décembre 2019, Abdelmadjid Tebboune, ni le référendum constitutionnel de novembre 2020, amoindri par une abstention record, n’ont été à la hauteur des aspirations du Hirak, le soulèvement pacifique qui s’est emparé du pays. Incapable de répondre aux revendications démocratiques autrement que par le musellement des journalistes et des arrestations en masse, confronté à une grave crise économique, le pouvoir algérien est dans l’impasse. L’élan du Hirak, lui, a été ralenti par les conséquences de la pandémie de Covid-19, mais le mouvement reste vivace. D’autres formes de protestations et de propositions s’organisent pour prendre le relais.

Au moment où le Hirak entre dans sa troisième année, le GSI invite des chercheurs et des journalistes à faire un état des lieux en analysant ses victoires, ses limites et ses perspectives. Ce séminaire étudiera également les enjeux internes et externes de ce mouvement inédit.

Participants

  • Akram Belkaid, Le Monde diplomatique
  • Amel Boubkeur, European Council on Foreign Relations, Londres
  • Nasser Djabi, Université d’Alger
  • Louisa D. Ait-Hamadouche, Université d’Alger
  • El Kadi Ihsan, Journaliste et éditeur, Alger
  • Hacene Ouali, Liberté, Alger
  • Isabelle Werenfels, Stiffung Wissenschaft und Politik, Berlin

Déat animé par Pierre Haski, France Inter

Inscriptions : Hasni.Abidi@unige.ch

Séminaire en ligne

Mardi 23 février | 10h-13h30

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page