ANALYSE

Accord entre les palestiniens en vue des prochaines élections

Lundi 8 février, les dirigeants de plusieurs factions palestiniennes, dont le Hamas et le Fatah se sont réunis au Caire afin d’engager des pourparlers de réconciliation en vue des élections prévues cette année.

Des élections issues d’un long processus de négociation

Initialement prévue en janvier, la réunion fait suite à la signature d’un décret par le président palestinien Mahmoud Abbas le 15 janvier concernant les élections législatives et présidentielles[1]. Ce décret a été effectué suite à la rencontre entre le président palestinien et Hana Nasser, président de la commission électorale[2]. Les élections sont prévues le 22 mai pour les élections législatives et le 31 juillet pour le scrutin présidentiel[3]. Les enjeux de cette réunion sont avant tout de lever les obstacles et trouver les moyens de mise en œuvre de ces élections, sachant que les dernières élections ont eu lieu en 2006, soit il y a 15 ans. En tout, 14 factions palestiniennes se sont réunies au Caire dont celle du Djihad Islamique, qui avait boycotté les élections entre 1996 et 2006[4]. En parallèle, lundi 8 février a eu lieu une réunion extraordinaire des ministres des Affaires Étrangères de la Ligue Arabe sur la question palestinienne[5].

Le Hamas et le Fatah était tombé d’accord en septembre 2020 pour organiser des élections « d’ici six mois »[6]. L’objectif à l’époque était de s’unir face à la normalisation des relations entre des pays du Golfe et Israël. Depuis, la volonté des deux partis semble avoir persistée. En effet, un membre du Comité central du Fatah, Jibril Rajoub a déclaré que cette réunion s’inscrit dans le cadre d’un « large dialogue national » auquel son parti participera « avec un esprit ouvert ». Même son de cloche du côté du Hamas qui déclare que cette réunion devrait permettre de préciser les enjeux de ces élections, « visant à réaliser l’unité nationale » et à « solidifier le système politique palestinien »[7]. Les élections palestiniennes devraient concerner environ 2,5 millions de personnes.

Une réunion liée au conflit entre le Hamas et le Fatah

Cette réunion s’inscrit dans un processus plus large de tentative de réconciliation entre le Hamas et le Fatah. En effet, depuis 14 ans, l’Égypte essaie de réconcilier le Hamas et le Fatah. Les deux mouvements sont en conflit depuis les élections législatives de 2006, qui avaient été marquées par la victoire du Hamas. Très contestés, ces résultats avaient abouti à des affrontements entre le Hamas et le Fatah. Dès juin 2007, le Hamas prend le pouvoir sur la bande de Gaza, aboutissant à une fracture au sein de la politique palestinienne. Dès lors, les territoires palestiniens comportent de fait deux administrations parallèles, une à Gaza dirigée par le Hamas et une en Cisjordanie dirigée par le Fatah. Par la suite, plusieurs accords ont été mises en place notamment les accords du Caire en 2011 et de Doha en 2012. En 2014, un gouvernement d’union nationale est mise en place entre le Fatah et le Hamas. Mais il prendra fin en en juin 2015, soit un an plus tard.

Les modalités des futures élections

Mardi 9 février, les différentes factions palestiniennes ont signé un accord sur les mécanismes pour la mise en place des élections. L’accord comprend notamment un engagement à respecter le résultat des urnes, à exclure les milices des bureaux de vote, ainsi qu’à mettre en place un « tribunal électoral consensuel » chargé de superviser le processus électoral et de prendre en charge les recours éventuels[8]. L’accord comprend également une promesse de respecter les « libertés publiques », notamment en libérant les prisonniers politiques. L’objectif, après ces élections, est d’intégrer le Hamas au sein de l’OLP, le représentant officiel des palestiniens. En effet, selon un responsable du Hamas, « le Hamas veut être un mouvement reconnu internationalement au sein de l’OLP et être un partenaire de l’Autorité Palestinienne, (…) car ce n’est qu’avec l’unité que nous pourrons contrecarrer les plans des israéliens »[9]. Une question se pose cependant concernant la réalisation du vote au sein de Jérusalem-Est. En effet, les palestiniens craignent que Israël empêche le bon déroulement des élections au sein de ce territoire occupé. C’est pourquoi, les palestiniens ont demandé à l’Union Européenne de faire pression sur Israël afin qu’elles puissent avoir y lieu. En effet, comme le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré, « pas de vote sans la participation des 300 000 Palestiniens de Jérusalem-Est »[10].

Les élections, un moyen de relancer les négociations ?

Récemment, l’établissement de relations approfondies entre Israël et plusieurs pays arabes a augmenté la pression sur les palestiniens. Ainsi, selon Ashraf Abou al-Houl, spécialiste de la Palestine auprès du quotidien Égyptien al-Ahram, les pourparlers de paix entre Israël et la Palestine ne se « concrétiseront pas sans une unité préalable des Palestiniens »[11]. Selon certains analystes, ces élections seraient donc le moyen de relancer les négociations avec les États-Unis, voire même, sur le long terme, de relancer les pourparlers de paix avec Israël[12]. Ainsi, de nombreux palestiniens considèrent que ces élections sont avant tout une tentative de Mahmoud Abbas de se rapprocher de l’administration Biden, suite à des relations délétères avec l’administration Trump qui a notamment reconnu la ville de Jérusalem comme capitale « éternelle et indivisible d’Israël » et supprimé les aides américaines à l’Autorité Palestinienne[13].

Marie de La Roche Saint-André, Assistante de recherche


[1] L’accord Fatah-Hamas, passage obligé pour la reprise des relations avec Biden. (2021, 12 février). Le Point. https://www.lepoint.fr/monde/l-accord-fatah-hamas-passage-oblige-pour-la-reprise-des-relations-avec-biden-12-02-2021-2413702_24.php (consulté le 25/02/2021).

[2] RFI. (2021, 15 janvier). L’autorité palestinienne annonce la tenue d’élections générales en mai et en juillet. RFI. https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210115-l-autorit%C3%A9-palestinienne-annonce-la-tenue-d-%C3%A9lections-g%C3%A9n%C3%A9rales-en-mai-et-en-juillet (consulté le 25/02/2021).

[3] Al-Mughrabi, N. Sawafta, A. (2021, 8 février). Pourparlers de réconciliation au Caire entre mouvements palestiniens. La Tribune. https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN2A81M6/pourparlers-de-reconciliation-au-caire-entre-mouvements-palestiniens.html (consulté le 25/02/2021).

[4] Ibid.

[5] Début des discussions entre Hamas et Fateh au Caire. (2021, 8 février). L’Orient-Le-Jour. https://www.lorientlejour.com/article/1251238/debut-des-discussions-entre-hamas-et-fatah-au-caire.html (consulté le 25/02/2021).

[6] RFI. (2021, 15 janvier). L’autorité palestinienne annonce la tenue d’élections générales en mai et en juillet. RFI. https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210115-l-autorit%C3%A9-palestinienne-annonce-la-tenue-d-%C3%A9lections-g%C3%A9n%C3%A9rales-en-mai-et-en-juillet (consulté le 25/02/2021).

[7] Les partis palestiniens se réuniront au Caire le 8 février pour discuter des élections. (2021, 2 février). Atalayar. https://atalayar.com/fr/content/les-partis-palestiniens-se-r%C3%A9uniront-au-caire-le-8-f%C3%A9vrier-pour-discuter-des-%C3%A9lections (consulté le 25/02/2021).

[8] Imbert, L. (2021, 10 février). En Palestine, Hamas et Fatah s’entendent sur l’organisation des élections. Le Monde. https://www.lemonde.fr/international/article/2021/02/10/en-palestine-des-elections-en-bon-ordre_6069448_3210.html (consulté le 25/02/2021).

[9] L’accord Fatah-Hamas, passage obligé pour la reprise des relations avec Biden. (2021, 12 février). Le Point. https://www.lepoint.fr/monde/l-accord-fatah-hamas-passage-oblige-pour-la-reprise-des-relations-avec-biden-12-02-2021-2413702_24.php  (consulté le 25/02/2021).

[10] RFI. (2021, 10 février). Élections palestiniennes : le Hamas et le Fatah trouvent un accord au Caire. RFI. https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210210-%C3%A9lections-palestiniennes-le-hamas-et-le-fatah-trouvent-un-accord-au-caire (consulté le 25/02/2021).

[11] L’accord Fatah-Hamas, passage obligé pour la reprise des relations avec Biden. (2021, 12 février). Le Point. https://www.lepoint.fr/monde/l-accord-fatah-hamas-passage-oblige-pour-la-reprise-des-relations-avec-biden-12-02-2021-2413702_24.php  (consulté le 25/02/2021).

[12] Ibid.

[13] Arrêt d’aides américaines aux Palestiniens : les perspectives de paix s’amenuisent. (2018, 2 septembre). Le Point. https://www.lepoint.fr/monde/arret-d-aides-americaines-aux-palestiniens-les-perspectives-de-paix-s-amenuisent-02-09-2018-2247671_24.php (consulté le 25/02/2021).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page